• 1

    Avignon

  • 2

    Spécial "Belles Propriétés"

  • 3

    Location saisonnière

  • 4

    Maison de maître

Notre spécialité concerne les Biens de caractère, atypiques, et de toute taille, pour lesquels la négociation de vente passe par une valorisation. Des solutions pour les vendeurs, du choix pour les acheteurs.

 

Notre savoir-faire et notre spécialité apportent des solutions optimales aux acheteurs et aux vendeurs de biens d'exception :

Achats et ventes de biens de caractère : Ensembles classés (patrimoine privé et industriel); centre villes Malraux ZPPAUP, châteaux, LMP (lié au tourisme), résidences Seniors; transformations d'usines, de coopératives, etc. ; très beaux terrains... Et cela, dans le cadre d'une valorisation qui peut être :

JURIDIQUE & ADMINISTRATIVE : services du Patrimoine ; ARCHITECTURALE : recherche d'éléments valorisants, détermination de l'ancienneté de l'immeuble, sa destination ; et ORIENTATION : par des idées de projets, et vers des acheteurs sérieux et fiables.

Voir en marge, la rubrique : REALISES.

 

Un peu d'histoire d'Avignon : la cité historique

Cette petite gravure détenue par la Bibliothèque nationale montre le Palais tel qu'interprété par Maître de Boucicault au début du
XVe siècle.

Le centre historique d'Avignon, composé du Palais des Papes, de l'ensemble épiscopal, du Pont Bénezet et du Rocher des Doms a été inscrit sur la liste du Patrimoine mondial de l'Unesco en 1995.  C'est en 1309, avec le pape Clément V, qu'Avignon devint résidence pontificale mais c'est son successeur, Jean XXII, ancien évêque de ce diocèse, qui transforma la résidence épiscopale en premier palais des papes.  Benoît XII y ajouta une première construction, le Palais Vieux, tandis que  son successeur, Clément VI, fit construire le Palais Neuf.  Parallèlement, ce dernier acheta la ville à Jeanne Ière, reine de Navarre et comtesse de Provence.   Sept papes se succédèrent avant qu'Urbain V et Grégoire XI choisissent de résider à nouveau à Rome. Sous leur règne, la ville prit un essor particulier réunissant en son sein un grand nombre de marchands mais aussi des peintres, des sculpteurs et des musiciens. Les meilleurs architectes français furent choisis tandis que les plus réputés fresquistes de l'école de Sienne vinrent embellir l'intérieur. Après le grand schisme d'Occident, Clément VII et Benoît XIII régnèrent à nouveau à Avignon de 1379 à 1411.  Ce fut alors un légat qui administra la cité puis, à partir de 1691, un
vice-légat jusqu'à la Révolution.

 

pont Bénezet

Le pont Bénezet, plus connu comme pont d'Avignon à cause de la chanson, mesurait  900 mètres de long et possédait 22 arches.  Il conduisait à Villeneuve-lès-Avignon et il fut définitivement rompu par une crue du Rhône qui en emporta une partie en 1177. Il est à noter que l'on ne dansait pas « sur le pont » mais « sous le pont ».
 
 
chapelle Saint-Nicolas

Sur ce pont, a été construite la chapelle Saint-Nicolas à deux étages. L'un des sanctuaires est dédié à Saint-Nicolas, patron des bateliers tandis que l'autre est voué au jeune pâtre Bénezet qui serait à l'origine de la construction de ce pont. En 1177, il aurait entendu des voix lui enjoignant de le construire et un ange lui aurait montré l'emplacement exact. Les autorités le traitèrent de fou mais il réussit à convaincre des habitants qui formèrent la Confrérie de l'œuvre et récoltèrent les fonds nécessaires. L'édification se fit en huit ans.
 
A l'extrémité de la place bordant le Palais des Papes se trouve le Petit Palais nommé ainsi par opposition à son célèbre voisin. Il fut construit au début du XIVe siècle. Quinze ans plus tard, racheté par le pape Benoît XII, il fut considérablement remanié et agrandi pour devenir siège épiscopal. Durant la période du grand schisme, il fut transformé en citadelle et considérablement détérioré. C'est Julien de la Rovere, futur pape Jules II, qui le remit en état à la fin du XVe siècle et lui donna à peu près son aspect définitif avec, de surcroît, une tour imposante qui s'effondra en 1767. Il fut vendu à la Révolution puis devint petit séminaire au XIXe siècle. Depuis 1976 il accueille la peinture italienne et avignonnaise du Moyen-âge et de la Renaissance.
 
pont Bénezet

Dès le IVe siècle il y aurait eu une basilique sur la colline des Doms, à côté de la demeure de l'évêque.  Son nom viendrait du latin Domus episcopali qui signifie « de la maison de l'évêque ».  Elle fut saccagée par les Sarrasins, reconstruite et consacrée en 1111.  L'édifice actuel date  du milieu du XIIe siècle et fut plusieurs fois remanié, agrandi, des parties reconstruites.  Le clocher  écroulé en 1405 fut relevé vingt ans plus tard.  Il abrite un bourdon pesant  plus de 9 tonnes avec sa monture.  Une Vierge dorée en bronze repoussé  le surmonte depuis 1859.  Elle pèse 4 500 kilos et fut redorée en l'an 2000.
Bien sûr, à la Révolution, la cathédrale fut l'objet de pillages mais , restaurée sous l'empire, elle fut rendue au culte dès 1822.
 

Quittant la basilique, nous nous dirigeons vers le joli jardin aux multiples essences, aménagé depuis 1831 au-dessus du rocher. Au fur et à mesure de la promenade nous pouvons découvrir de très beaux points de vue sur le Rhône, sur Villeneuve-lès-Avignon qui fait face de l'autre côté du fleuve et sur la vieille ville. Le rocher des Doms est le véritable berceau d'Avignon, puisqu'il fut occupé dès le néolithique.